Caroline Hargnieux

Les meilleurs cocktails au rhum cubain à essayer

Il y a quelque chose à Cuba qui se prête aux cocktails. Il suffit de demander à Ernest Hemingway, qui a passé de nombreux après-midi à déguster les différents cocktails proposés dans la vieille Havane. Voici quelques uns des meilleurs cocktails au rhum cubain à essayer.

Le rhum est un alcool à base de sucre qui se présente sous différentes formes, souvent en fonction de son origine : il peut être foncé, blanc, doré, surfin, épicé, aromatisé, vieilli ou mélangé. Les différentes îles des Caraïbes se spécialisent dans différents types de rhum. Que vous soyez en voyage à Cuba ou que vous souhaitez boire un verre près de chez vous, ces cocktails au rhum de Cuba sont parfaits pour une journée de détente.

Sommaire

Histoire des cocktails Cubain

Origine du cocktail

L’origine du mot Cocktail, en espagnol CÓCTEL, est encore incertaine. Nombreuses sont les versions et les conjectures, mais la vérité définitive n’a pas été prouvée, son sens est ce qui n’abrite pas de doutes. Cocktail est le nom donné au mélange de liqueurs, de jus de fruits et d’autres substances qui donnent du goût, de la couleur et de la beauté. Mais CÓCTEL, c’est aussi le mélange de jus de fruits et de légumes, sans alcool, à consommer en apéritif. Bien sûr, nous parlons ici des cocktails alcoolisés. On suppose que la coutume d’en profiter a commencé pendant la guerre d’indépendance américaine. Son développement est lié, inévitablement, à l’apparition en 1870 de l’industrie de la glace artificielle aux États-Unis.

Cuba a vu la naissance et la croissance des cocktails à la fin du siècle dernier et leur a offert des conditions idéales : un climat tropical, une riche variété de fruits et le meilleur rhum du monde. Les premiers-nés de cette famille, pour ne pas pécher dans la primauté, sont les Cuba Libre (rhum, cola et citron) et les Daiquiri créés dans les mines orientales du même nom par un ingénieur chaleureux.

La Havane et le roi de la glace

La Havane a été fondée en 1519. Depuis le XVIIIe siècle, elle dispose d’un marché privilégié en raison de sa position géographique ; son port a été le témoin des brigantins et des galions assaillis par les corsaires et les pirates, et c’est là que se trouvent les premiers entrepôts, caves et natures mortes, lieux où commence le plaisir de déguster du vin et d’autres boissons. Lorsque l’auberge et le café ont été ouverts, le commis qui y travaillait était appelé « mozo » (serveur) ; plus tard, le mot « cantinero » a été utilisé pour désigner le commis du bar. Dans les premiers mois de 1805, M. Federico Tudor, dit le roi des glaces, arrive au port de La Havane en provenance de Boston, aux États-Unis. Il convainc les autorités espagnoles d’établir un commerce de vente de glace à Cuba, qu’il monopolise pendant six ans à partir de 1810. De même, l’historien Julio Le Riverand souligne qu’en 1810, la fabrique de glace Juan Antonio Montes a commencé à fonctionner, et ainsi la vie des cafés de la capitale a commencé à se développer rapidement. Dans la Calle del Obispo sont apparues La Bolsa et La Columnata Egipcia, très à la mode avant 1850. D’autres lieux de renom étaient également connus, selon la comtesse de Merlin lors de sa visite dans le pays en 1832, tels que La Imperial, La Dominica, le Café Arillaga, et la célèbre Escauriza. On peut dire que le café était l’antichambre de l’actuel bar et cantina cubains.

Le roi des cocktails cubains

Un barman bien connu du nom de Maragato a donné au bar à cocktails de Cuba un sceau de distinction. Cet homme est mort le 30 juillet 1940 et a travaillé pendant plus de cinquante ans derrière un bar. Il a commencé dans le célèbre Café Tacón, où se trouve aujourd’hui le Gran Teatro de La Habana « García Lorca » (Prado et San Rafael). Maragato, d’origine espagnole, a ressenti un grand amour pour Cuba et s’est spécialisé dans l’élaboration du Daiquiri naturel, tel qu’il a été conçu dans les mines de Daiquiri, dans l’ancienne province d’Oriente, par l’ingénieur Cox. Maragato est devenu mondialement connu comme le roi des cocktails cubains ; en 1919, il a été invité à Miami, où on lui a proposé un contrat de 10 000 dollars par mois, mais il a refusé cette offre et est revenu. Son dernier emploi était à l’hôtel Telégrafo (Prado et Neptuno). Aujourd’hui lieu distingué, le piano-bar de l’hôtel Florida porte son nom, où les barmans qui y travaillent lui rendent hommage avec des cocktails exquis et un service de première classe.

Un autre nom de référence obligé est celui de Constantino Ribalaigua Vert, populairement connu sous le nom de Constance, d’origine catalane, qui a débuté à la Floridita en 1914. Cette maison est passée entre les mains de Constance en 1918, et lui a donné un cachet très spécial pour la pureté des boissons et son excellent service ; c’est ici que le Daiquiri a atteint une renommée internationale. Maragato l’a fait à la main, mais Constance l’a préparé dans un mélangeur. De nombreux barmen ont marqué l’histoire de la cantina cubaine ; pour n’en citer que quelques-uns, rappelons Salvador Otero, du défunt Salón Biscuit, qui se trouvait au Prado et à Cárcel ; Sebastián Casullera du café El Tiburón, au Prado et à San Lázaro ; Pulido Galindo du Café Miramar ; Pancho, de l’ancien Café Europa ; José Cuervo, qui officiait dans les principaux cafés de La Havane, en passant par les États-Unis, où il donnait des cours dans la cantine et des cocktails avec le célèbre rhum San Carlos ; ce maître de cantine a été le premier président du Club de Cantineros de la República de Cuba.

Cuba et la Dry Law

À Cuba, différents mots ont été utilisés pour définir les mélanges de boissons, et donc, en se référant à un cocktail, les mots ont été utilisés : remuer ou agiter, brouillé, battu, composé, et d’autres, qui ont trait aux mouvements effectués dans sa préparation. Deux cocktails célèbres ont vu le jour au XIXe siècle : le Cuba Libre (rhum, cola et citron), qui tire son nom du cri d’indépendance de l’Armée de libération, et le Daiquiri (rhum, citron, sucre et glace, bien secoué), inventé dans les mines du même nom dans l’ancienne province d’Oriente. Dans les années 1910, d’autres cocktails sont apparus, comme le Mojito, le Jai Alai, le Ron Fizz, le Santiago et le Presidente. Les années 1920 ont été leur âge d’or. Avant l’adoption du dix-huitième amendement appelé « Dry Law » aux États-Unis, qui a eu lieu de 1920 à 1933, les Américains vivaient une époque de splendeur économique, organisant des fêtes où les gens buvaient à l’excès en compagnie d’amis et de musique de jazz. Ils ont également voyagé à travers le monde et un endroit où ils avaient l’habitude d’aller était l’île de Cuba, que certains appellent « le Paris des Caraïbes ». Avant la prohibition, en 1914, plus de 30 000 Américains se rendaient sur l’île chaque année, ce nombre augmentant rapidement pour atteindre plus de 40 000 en 1916, plus de 50 000 en 1918 et plus de 90 000 en 1920. Lorsque les organisations religieuses ont influencé les politiciens et les membres du Congrès à passer la « Ley Seca », les barmans américains ont vu en Cuba une occasion unique et à partir de 1920, l’invasion massive des barmans de l’île a commencé à travailler dans les nouveaux bars qu’ils ont ouverts à Cuba.

On estime que cette même année, environ 7 000 nouveaux bars ont été ouverts à Cuba et que des barmans américains comme Eddie Woelker et Fred Kaufman, pour ne citer qu’eux, y ont travaillé. C’est là qu’a eu lieu une rencontre culturelle qui existait déjà sur l’île avec des barmans venus d’Europe comme R. José Abeal, plus connu sous le nom de Sloppy Joe et Emilio Gonzáles, le brillant Maragato.

À cette fantastique rencontre de cultures il faut ajouter la grande variété de fruits tropicaux juteux et le Rhum d’une qualité incomparable, aussi sur avoir existé tant de variété de Bars à boire, les Barmans ont dû démontrer sa créativité et son bon service afin que son Bar se démarque sur les autres, c’est là que sont nés les grands classiques du bar à cocktail comme : le Daiquiri, le Mojito, Cuba Libre, le Bacardi Cocktail, le Cubanito, le Havana Especial, le Canchanchara, le Presidente, le Mulata ; même l’actrice Mary Pickford a eu son cocktail une fois qu’elle tournait un film avec Charles Chaplin à Cuba en 1928.

Mais en plus, les barmen américains se sont retrouvés avec la rareté de certaines boissons comme le Bourbon, le Cognac, le Brandy, le Whisky et ont commencé à retravailler certains classiques comme : le Tom Collins à Ron Collins, le Cuba Manhattan Cocktail et à en inventer d’autres basés sur Ron.

Tout cela jusqu’en 1933, lorsque la loi interdisant la vente de boissons alcoolisées aux États-Unis a été abrogée et que les barmans cubains, par contre, ont rejoint, organisé et formé l’Association des barmans de Cuba en 1924 et ce n’est qu’en 1936 qu’ils ont obtenu le statut d’Union et que certaines choses ont changé, mais c’est une autre histoire … Maintenant, je vous laisse quelques recettes pour lever mon verre, porter un toast et vous remercier pour tout ce que vous avez hérité de cette belle culture cubaine, santé mes frères cubains et viva Cuba Libre, santé !

Mais la créativité du bar à cocktail cubain ne s’est pas arrêtée pour offrir de nouvelles boissons suggestives comme la Tropicana Night, l’Opusmany, l’Amanda, le Sevilla Tropical… Le bar et le bar à cocktail à Cuba ont connu un développement constant, et pour cette raison ils ont franchi les frontières nationales, avec une acceptation internationale accréditée.

Les différents cocktails au rhum cubain

Mojito

Sans doute le cocktail le plus répandu dans le monde, le mojito est né à Cuba. N’oubliez pas d’en goûter lors de votre voyage sur l’île ; vous pourrez en obtenir un partout où vous irez.

  • Voir également : Notre recette du Mojito cubain

Rhum Collins

« Ron » remplace « Tom » dans cette version cubaine du classique Tom Collins. Il s’agit d’une simple concoction de rhum, de sirop de sucre et de citron vert ajoutée à de l’eau pétillante et de la glace, ce qui donne un cocktail rafraîchissant.

  • Voir également : Notre recette du Rhum Collins

Daiquiri

L’un des plus célèbres cocktails au rhum cubain, ce classique a pris de nombreuses formes différentes à travers le monde. Essayez-le dans un verre à martini sur glace pour une expérience authentique, et laissez ces saveurs de fruits synthétiques tranquilles !

  • Voir également : Notre recette du Daiquiri

El Presidente

Ce cocktail est devenu populaire à l’époque de la Prohibition, dans les années 1930, lorsque les Américains descendaient à La Havane pour s’adonner à leur passe-temps interdit, la boisson. Ils levaient leur verre au président cubain, Gerardo Machado, qui les laissait déguster le meilleur rhum de l’île.

  • Voir également : Notre recette du El Presidente

Canchánchara

Prédécesseur supposé du mojito et du daquiri, ce simple cocktail réunit rhum, miel et citron vert. Essayez-le avec Havana Club 7 pour vivre pleinement l’expérience.

  • Voir également : Notre recette du Canchánchara

El Nacional

Créés à l’emblématique Hôtel Nacional, dans le quartier de Vedado à La Havane, ces cocktails au rhum ont une saveur exubérante. C’est un mélange de rhum brun, d’eau-de-vie d’abricot, de jus d’ananas et de citron vert, avec du sirop de sucre et des glaçons.

  • Voir également : Notre recette du El Nacional

Cuba Libre

L’un des cocktails les plus simples qui soient, la plupart des gens auront essayé un Cuba Libre. Cependant, certains oublient d’ajouter la généreuse pression du citron vert au mélange de cola et de rhum, ce qui ajoute une note aigre très importante. Faites attention, car ces cocktails glissent incroyablement facilement.

  • Voir également : Notre recette du Cuba Libre
Cet article vous a plu ? Partagez le !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Nos articles qui pourraient vous intéresser